Le sanctuaire Yaegaki, le premier mariage du Japon

Situé dans le sud de Matsue, le sanctuaire Yaegaki est réputé comme favorisant les mariages heureux. C’est en effet là que, selon la légende, se tenu le tout premier mariage du Japon, entre les dieux Susanoo et son épouse, la princesse Inata-hime, qui sont tous deux vénérés dans ce magnifique sanctuaire. L’endroit fait l’objet d’une véritable ferveur de la part de jeunes gens cherchant à rencontrer l’âme sœur et est considéré comme une terre de « en-musubi » (縁結び), c’est-à-dire de « croisement des destins », amoureux, mais pas seulement (amicaux, professionels, …)

Trois Miko au sanctuaire Yaegaki

Les prêtresses shinto (miko) du sanctuaire Yaegaki posant devant l’autel où les pélerins adressent leurs prières.

Cette légende concernant le tout premier mariage japonais est racontée dans l’un des passages les plus célèbres du Kojiki, livre compilé en 712 à la demande de l’empereur et retraçant la fondation mythologique de l’archipel nippon. La plupart des mythes relatés dans le Kojiki se déroulent dans la préfecture de Shimane, dans ce qui fut l’ancienne province d’Izumo, et dont Matsue est l’actuel chef-lieu. Shimane (島根) signifie d’ailleurs les « racines de l’île ».

Le sanctuaire vu de face

Le sanctuaire Yaegaki est certainement le plus esthétique des sanctuaires shinto de Matsue.

Susanoo affrontant Orochi

Dessin représentant le dieu Susanoo affrontant Orochi, le dragon à huit têtes et protégeant la princesse Kushinada.

Selon le Kojiki, le dieu Susanoo s’unit avec la princesse Inata à Yaegaki juste après avoir terrassé Orochi, un dragon à huit têtes qui menaçait de la dévorer. Yaegaki est l’endroit où se réfugia la princesse à la demande de Susanoo, tandis que ce dernier affrontait le terrible dragon. Yaegaki (八重垣) signifie littéralement « octuple enceinte » ou encore « huit barrières », donnant donc l’image d’un lieu sûr offrant une bonne protection.

Le sanctuaire Yaegaki tire son nom d’un poème composé par Susanoo lorsqu’il s’établit dans le pays d’Izumo après son mariage avec Inata, une fois qu’il eut terrassé le dragon octocéphale.

Ce poème est considéré comme le tout premier waka japonais, poème de forme 5-7-5-7-7 :

La princesse Kushinada

La princesse Inata (également appelée Kushinadana).

Yakumo Tatsu (八雲立つ)
Izumo Yaegaki (出雲八重垣)
Tsuma gomi ni (妻ごみに)
Yaegaki tsukuru (八重垣作る)
Sono yaegaki wo (その八重垣を)

En conservant le rythme 5-7-5-7-7 , ce poème peut se traduire comme suit (traduction perso):

Pays d’Izumo
Où s’amoncellent les nuages
Tels une barrière
Un abri pour mon aimée
Ô splendide octuple enceinte

Le dieu Susanoo

La salle des trésors du sanctuaire abrite une peinture murale montrant les visages de Susanoo et Inata, aujourd’hui classée Bien culturel national important. Selon le sanctuaire, la fresque aurait été peinte par l’artiste de l’époque Heian, Koseno Kanaoka (巨勢 金岡), en 893, mais il est probable qu’elle fut réalisée pendant la péridode Muromachi. Elle était à l’origine à l’intérieur même du bâtiment principal du sanctuaire, mais fut déplacée pour être restaurée après la Seconde Guerre mondiale. Vous pouvez avoir accès à la salle des trésors pour une somme modique (200Y).

Yaegaki Shrine, First japanese waka poem - Matsue City

Sur cette pierre, située dans le sanctuaire, est calligraphiée le poème japonais waka qui a inspiré le nom de l’endroit et qui aurait été prononcé par le dieu Susanoo.

Honden et Haiden

Le sanctuaire vu de profile : à gauche, le « Honden » (本殿) qui accueille le dieu Susanoo, et à droite le « Haiden » (拝殿) où les pélerins adressent leurs prières.

Lieu où se serait tenu le premier mariage du Japon, le sanctuaire Yaegaki est considéré comme une terre sacrée favorisant le « croisement de destins », expression qui se dit en-musubi (縁結び) en japonais.

Vénérant Susanoo, dieu du mariage et des rencontres amoureuses, le sanctuaire Yaegaki fait l’objet d’une véritable ferveur de la part de jeunes gens cherchant à rencontrer l’âme sœur.  Plus largement, une visite au sanctuaire accompagnée d’une bonne prière est considérée comme apportant la chance d’un bon mariage, d’une bonne fertilité et d’un enfant en bonne santé.

Le torii

Jeunes femmes s’inclinant devant le Torii, portique sacré marquant l’entrée du sanctuaire.

Sanctuaire Yaegaki, Priere devant le Haiden

Priere devant le Haiden

Yaegaki est également connu pour abriter le « miroir d’eau » (鏡の池, kagami no ike), petit étang dont la princesse Inata avait pour habitude de se mirer. Situé dans un petit bois au fond du sanctuaire, ce « miroir d’eau » serait capable de prédictions amoureuses.

Le miroir d'eau

Le « miroir d’eau » pendant un jour d’affluence.

Il est de coutume de poser une pièce sur un morceau de papier divinatoire que l’on fait flotter sur la surface de l’eau. Le temps que le papier met à couler reflèterait le temps nécessaire pour rencontrer la bonne personne : plus celui-ci coule vite et plus celui qui a déposé le papier trouverait rapidement son âme soeur (ou son prochain bon ami, son collègue, …). De plus, selon l’endroit où le papier s’en va flotter, il est possible de savoir si cette personne se trouve dans son entourage ou non : s’il coule loin de la rive, alors cette personne vous est pour l’instant encore complètement étrangère. Vous pouvez vous procurer tout le nécessaire à l’accueil du sanctuaire.

Devant le miroir d'eau

Jeunes filles faisant la queue pour en savoir plus sur leurs destinés amoureuses.

Papiers divinatoires sur l'eau

Pièces déposés sur le papier divinatoire.

De façon à donner un coup de pouce au destin, certaines personnes n’hésitent pas à alourdir la feuille de papier avec une pièce de 500 yens à la place d’une de 100 ou de 10 ! Pas bête.

Papier d'enfonçant lentement dand l'eau

Papier s’enfonçant dans l’eau.

Par ailleurs, considérés comme étant au service de la princesse Inata, les tritons nageant dans l’étang, selon qu’ils s’approchent ou s’éloignent du papier, peuvent également participer à la prédiction !

Terre sacrée de « croisement de destins », l’enceinte du sanctuaire offre à voir aux pélerins des « arbres-couples » qui ont étrangement fusionnés entre eux. Trois d’entre eux, des camélias du Japon, sont signalés par des panneaux portant l’inscription 夫婦椿 (fūfu tsubaki), qui signifie « couple de camélia ». Le camélia est par ailleurs l’un des symboles de la ville de Matsue, aux côtés du pin et de la pivoine.

Sanctuaire Yaegaki, Couple Camélia - Matsue

Comme vous pouvez le voir sur cette photo, deux troncs ont fusionné pour n’en donner qu’un.

Yaegaki Shrine, Couple Camellia 八重垣神社夫婦椿 - Matsue City

Les nombreux arbre-couples indiqueraient son pouvoir symbolique pour rapprocher les choses.

Une autre chose qui retient l’attention du visiteur sont les étonnants symboles de forme phallique en bois que l’on rencontre en de nombreux endroits du sanctuaire.

Phallus sacré

Un autel abritant un gigantesque pénis en bois.

sanctuaire-phallus

A gauche, un « Mikoshi » – petit sanctuaire transportable – traversé par une gigantesque pièce montée.

Yaegaki

Une petite prière pour solliciter la venue d’énergie divine au bon endroit, au bon moment.

Ferveur autour du phallus sacré

Hommes paradant sur leurs épaules le Mikoshi à travers le sanctuaire.

Cachez ce phallus que je ne saurais voir!

Des jeunes femmes revenant du « miroir d’eau » et passant devant ce qui n’est PAS un champignon sous un arbre.

Le sanctuaire fut visité à de nombreuses reprises par l’écrivain irlandais Lafcadio Hearn en 1891. Il lui consacra un chapitre entier (Yaegaki-Jinja) dans son ouvrage « Le Japon Inconnu » (Glimpses of Unfamiliar Japan). Appelé en japonais Koizumi Yakumo, il est l’un des tous premiers Occidentaux à avoir pris la nationalité japonaise. Il vécut un an à  Matsue en tant que professeur d’anglais.

Yaegaki Shrine et Lafcadio Hearn

Panneau d’information situé à Yaegaki. Lisez donc le chapitre Yaegaki-Jinja pour en savoir plus sur ce magnifique sanctuaire !

Yaegaki Shrine, plan

Panneau illustré donnant une vue d’ensemble du sanctuaire.

Accès

Le sanctuaire Yaegaki se trouve à environ 6 km de la gare de Matsue, où se trouve la station de bus. Empruntez les bus numéro 63 (Quai n°4), qui vous y amèneront en 15 mn. 19 bus par jour, premier départ à 7h05 puis à 8h47. Le dernier bus pour revenir est à 19h25. Voir les horaires précis en japonais sur ce site.

Yaegaki Shrine, itinéraire

Yaegaki est situé dans le sud de Matsue. Cette zone abrite de nombreux sanctuaires et sites historiques, dont je vous parlerais dans un prochain article.

Séléction de liens internet

Yaegaki

Le sanctuaire Yaegaki, c’est énorme!

2 réflexions sur “Le sanctuaire Yaegaki, le premier mariage du Japon

  1. Pingback: Nouveau! Le guide en français des bus à Matsue | Découvrez Matsue

  2. Pingback: Susanoo, « mâle impétueux  de la mythologie japonaise | «Le Bulletin Bleu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s